François Ier et l'art des Pays-Bas par Collectif

François Ier et l'art des Pays-Bas

Titre de livre: François Ier et l'art des Pays-Bas

Éditeur: Coédition Somogy

ISBN: 2757213040

Auteur: Collectif


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: François Ier et l'art des Pays-Bas.pdf - 25,234 KB/Sec

Mirror [#1]: François Ier et l'art des Pays-Bas.pdf - 48,700 KB/Sec

Mirror [#2]: François Ier et l'art des Pays-Bas.pdf - 42,902 KB/Sec

Collectif avec François Ier et l'art des Pays-Bas

La France artistique de François Ier n'a pas été seulement italienne, mais également imprégnée des courants venus du Nord. En effet, aux côtés des artistes italiens si prestigieux, comme Léonard de Vinci, Andrea del Sarto, Rosso Fiorentino ou encore Primatice, François Ier sut toujours accorder leur place aux artistes des Flandres et des Pays-Bas ainsi qu'à leurs idées si fécondes dans l'art sacré ou dans les genres du portrait et du paysage. Alors que nous avons l'habitude de croire que ce règne fut dévolu au seul développement de la culture classique et du maniérisme italianisant, nous comprenons aujourd'hui que toute la finesse du goût septentrional, toute sa spiritualité, tout son sens du concret viennent contrebalancer le prestige et le brio antiquisant de l'Italie. Ces artistes du Nord ont tellement été identifiés à l'art de notre pays que leur origine étrangère en a été oubliée. On découvre ici que Jean Clouet ou Corneille de Lyon, que l'on considère souvent comme français, sont nés et ont été formés entre Hainaut et Flandres. Ils collaborèrent avec Godefroy le Batave ou l'Anversois Noël Bellemare et cohabitèrent avec le maître d'Amiens, Grégoire Guérard, Bartholomeus Pons ou Léonard Thiry. Cette face artistique méconnue du règne de François Ier, inédite et passionnante, le goût du monarque et même sa passion pour certains aspects de l'art des Pays-Bas appelaient la spectaculaire remise en perspective proposée dans cette exposition, dont cet ouvrage se fait ici l'écho.

Livres connexes

La France artistique de François Ier n'a pas été seulement italienne, mais également imprégnée des courants venus du Nord. En effet, aux côtés des artistes italiens si prestigieux, comme Léonard de Vinci, Andrea del Sarto, Rosso Fiorentino ou encore Primatice, François Ier sut toujours accorder leur place aux artistes des Flandres et des Pays-Bas ainsi qu'à leurs idées si fécondes dans l'art sacré ou dans les genres du portrait et du paysage. Alors que nous avons l'habitude de croire que ce règne fut dévolu au seul développement de la culture classique et du maniérisme italianisant, nous comprenons aujourd'hui que toute la finesse du goût septentrional, toute sa spiritualité, tout son sens du concret viennent contrebalancer le prestige et le brio antiquisant de l'Italie. Ces artistes du Nord ont tellement été identifiés à l'art de notre pays que leur origine étrangère en a été oubliée. On découvre ici que Jean Clouet ou Corneille de Lyon, que l'on considère souvent comme français, sont nés et ont été formés entre Hainaut et Flandres. Ils collaborèrent avec Godefroy le Batave ou l'Anversois Noël Bellemare et cohabitèrent avec le maître d'Amiens, Grégoire Guérard, Bartholomeus Pons ou Léonard Thiry. Cette face artistique méconnue du règne de François Ier, inédite et passionnante, le goût du monarque et même sa passion pour certains aspects de l'art des Pays-Bas appelaient la spectaculaire remise en perspective proposée dans cette exposition, dont cet ouvrage se fait ici l'écho.La France artistique de François Ier n'a pas été seulement italienne, mais également imprégnée des courants venus du Nord. En effet, aux côtés des artistes italiens si prestigieux, comme Léonard de Vinci, Andrea del Sarto, Rosso Fiorentino ou encore Primatice, François Ier sut toujours accorder leur place aux artistes des Flandres et des Pays-Bas ainsi qu'à leurs idées si fécondes dans l'art sacré ou dans les genres du portrait et du paysage. Alors que nous avons l'habitude de croire que ce règne fut dévolu au seul développement de la culture classique et du maniérisme italianisant, nous comprenons aujourd'hui que toute la finesse du goût septentrional, toute sa spiritualité, tout son sens du concret viennent contrebalancer le prestige et le brio antiquisant de l'Italie. Ces artistes du Nord ont tellement été identifiés à l'art de notre pays que leur origine étrangère en a été oubliée. On découvre ici que Jean Clouet ou Corneille de Lyon, que l'on considère souvent comme français, sont nés et ont été formés entre Hainaut et Flandres. Ils collaborèrent avec Godefroy le Batave ou l'Anversois Noël Bellemare et cohabitèrent avec le maître d'Amiens, Grégoire Guérard, Bartholomeus Pons ou Léonard Thiry. Cette face artistique méconnue du règne de François Ier, inédite et passionnante, le goût du monarque et même sa passion pour certains aspects de l'art des Pays-Bas appelaient la spectaculaire remise en perspective proposée dans cette exposition, dont cet ouvrage se fait ici l'écho.